Un bilan de l’aventure Par le Monde !

Par Le Monde

Au cours de l’année scolaire écoulée, ma classe et moi avons suivi le joli voyage Par le Monde de Laurent, Marylène et Pelico. Nous avons ainsi découvert 5 pays : le Liban, l’Ouganda, la Namibie, le Sri-Lanka et le Japon.

L’originalité de ce projet, ce sont les échanges. Echanges rapides et quotidiens par Twitter avec Laurent, Marylène et les autres classes participantes au projet. Echanges plus « élaborés » sous forme d’articles écrits, de reportages photos ou vidéo. Les classes partenaires publient des articles, et Laurent et Marylène publient eux aussi  régulièrement des reportages sur les pays qu’ils visitent. Dans ces pays, ils rencontrent des enfants de l’âge de nos élèves de cycle 3 et partagent avec nous leur mode de vie à domicile mais aussi et surtout en classe !

Les élèves ont écrit 19 articles sur le site parlemonde.fr : ils ont ainsi appris à rédiger des textes informatifs directement via l’outil informatique. La rédaction des articles se fait sous wordpress, qui est très facile à prendre en main. Les plus à l’aise ont inséré des photos dans leurs articles.

La classe a aussi rédigé 160 tweets ! J’ai observé un réel progrès dans l’utilisation de cet outil. Les élèves ont appris à s’adresser à quelqu’un en particulier grâce au @ et ils ont aussi compris le principe du hashtag (notamment au moment des attentats à Charlie Hebdo… triste souvenir). Etre suivis par plusieurs dizaines de classes oblige à être vigilant à la syntaxe et à l’orthographe. En début d’année, les phrases étaient souvent très « centrées » du genre : « Nous sommes allés à la piscine ». Puis nous avons appris à enrichir nos phrases et à lancer des idées de discussion, comme par exemple « En quels matériaux sont construites vos maisons ? Peuvent-elles résister aux intempéries ? Chez nous la plupart sont en béton ou en brique. » J’avais de moins en moins besoin de rajouter mon grain de sel. Les parents qui voulaient lire nos tweets n’étaient pas obligés d’avoir Tweeter car nos phrases s’affichaient automatiquement sur le site parlemonde.fr.

Pour nous, le bilan est très positif !

Le projet en lui-même nous a offert de beaux moments : la rencontre avec Laurent, Marylène et Pelico pendant une matinée entière, les premières réponses sur Twitter, les commentaires positifs des autres classes sur nos articles, une photo d’une petite main namibienne qui désigne un de nos tweets, l’échange à propos du Darouma au Japon… Des encouragements à poursuivre la découverte de l’autre et les échanges.

Nous avons aussi « enrichi » ce projet avec des moments forts en classe ou avec l’école entière : d’abord un parrainage d’une petite fille malienne afin qu’elle puisse aller à l’école, la rencontre d’un ami libanais venu nous présenter son pays, l’écoute d’un concert de oud, une expo d’art africain (masques, statuettes…), puis un carnaval et des ateliers sur le thème « Le monde ici et ailleurs » (et des mamans qui nous ont aidé à cuisiner des plats marocains et vietnamiens), enfin une kermesse sur le même thème qui a beaucoup touché les parents… Toutes ces découvertes nous ont permis de comprendre que « l’ailleurs » est déjà ici, autour de nous, et que c’est à nous d’ouvrir le cœur et les yeux pour rencontrer l’autre…

Des points à améliorer…

Une bonne connexion est nécessaire, et un ordinateur qui lit bien les vidéos ! Des soucis informatiques ont « pollué » un peu le projet cet hiver, et le fait de ne pouvoir lire facilement les vidéos a un peu démotivé les élèves… Le passage en Ouganda a été un peu « zappé » pour cette raison. Les vacances scolaires étaient mal placées pour notre zone et nous avons manqué des épisodes importants (la rencontre avec la classe de Namibie). Il faudra aussi que nous puissions rendre nos articles plus attractifs à regarder, avec davantage de photos et des vidéos.

Des liens avec les domaines scolaires

Bien sûr c’est l’écrit qui a été le plus « encouragé » dans ce projet, et la Géographie évidemment. En ce qui concerne l’informatique j’ai pu ainsi valider un paquet de compétences du B2I ! Mais  des découvertes aussi en lecture, en maths (on a fait des conversions de monnaie, d’heures, de distances…), en anglais (pour comprendre nos amis namibiens), en arts plastiques (masques africains)… Enfin l’éducation civique était aussi au cœur de toutes nos découvertes.

Lors du reportage en Ouganda, une de mes élèves de CE2 m’a interrogé « mais ils avaient des cahiers comme ça à l’époque ? ». Je me suis rendue compte qu’elle pensait que Laurent et Marylène racontaient l’école d’autrefois et faisaient un reportage historique… En fait c’était difficile pour elle de concevoir que des enfants de 2015 puissent travailler et apprendre dans un contexte de classe très rudimentaire… Quelques semaines plus tard nous avons vu une école japonaise ultra moderne avec un gymnase et une bibliothèque gigantesques… c’était très enrichissant et cela a permis aux élèves de s’interroger sur les inégalités à l’échelle de la planète.

Ce projet a emmené nos élèves tout au long de l’année, et quand je leur ai proposé de continuer l’aventure l’année prochaine, ils ont répondu OUI sans hésiter ! 

Deux formules sont proposées pour la rentrée prochaine, un engagement à suivre le projet en tant que témoin et un autre où les élèves seront davantage acteurs.

D’autres points de vue sur l’aventure ici : clic

Si cet article nous a donné envie de rejoindre ce projet, c’est par ici : clic

6 réflexions au sujet de « Un bilan de l’aventure Par le Monde ! »

  1. Stéphanie02

    Merci pour ce partage et pour ton retour.
    Ce projet m’intéresserait fortement, car notre projet d’école portera sur les cinq continents.
    Concrètement, tu te gardais un temps chaque semaine (chaque jour peut-être ?) pour ce projet ? Pour les tweets, tu faisais cela avec tout le groupe-classe ou par petits groupes ?

    Répondre
    1. alicecycle3 Auteur de l’article

      Dans mes rituels du matin je fais la phrase du jour. Nous la choisissions ensemble en fonction du vécu de classe ou des questions posées par nos interlocuteurs. Deux élèves étaient responsables chaque semaine, ils tapaient la phrase ensemble sur l’ordi : le vidéoprojecteur y était relié et les autres élèves pouvaient réagir en cas d’erreur.

      Répondre
    1. alicecycle3 Auteur de l’article

      aucune idée Valérie, je ne connais pas Beneylu School ! Je crois que si tu participes à l’aventure « premier niveau », je pense que ce ne sera pas trop chronophage. Et franchement tu n’as aucune obligation, si tu « lâches » le projet une semaine ou deux, ça n’est pas très grave.

      Répondre
  2. Karine D

    bonjour,
    ce projet interculturel me tente mais deux points ? subsistent:une classe de ce1 n’est elle pas trop jeune pour être vraiment active et pas seulement « consommatrice?
    Faut il un système informatique perfectionné?

    Merci de votre réponse

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *